dimanche 7 décembre 2014

Dans le salon de Madame Mühlfeld

Gide et Valéry la surnommaient « la Sorcière ». Jalouse des soirées que Valéry passait dans son salon, Catherine Pozzi la traitait d'oie. Ou reprenait un autre surnom que lui donnait le Tout-Paris : la Belle Otarie. Madame Mühlfeld a tenu au début du siècle dernier l'un des salons littéraires les plus courus de Paris. Elle était la belle-sœur de Paul Adam, l'épouse du romancier et critique Lucien Mühlfeld (Stéphane Malarmé était témoin à leur mariage) puis de M. Blanchenay.

Gide l'a rencontrée en 1910 chez Mme de Noailles. Et déjà, il confesse sa « balourdise » dans le monde :

« Le souvenir de ma balourdise me tourmente encore.
Il me semble que l'espèce de remords que j'en ai sera quelque peu diminué si je le note ici.
C'était, je crois, l'ayant-veille de mon départ — c'est-à-dire il y a un mois; sur la pressante insistance de Mme de Noailles et de Mme Mühlfeld (j'avais rencontré celle-ci chez celle-là dans l'après-midi), j'avais été les retrouver dans une loge, à une répétition des ballets russes à l'Opéra. De ma vie je ne m'étais senti plus gourd, plus déplacé, plus muet. Là se trouvaient aussi Mme de Régnier et sa belle-sœur; Henri de Régnier qui faisait des mots ; Vaudoyer à l'air ténébreux et fatal...
— Monsieur Gide, s'est écriée Mme de Régnier, venez nous aider à calmer Mme de Noailles. (Celle-ci parlait si fort et si verveusement qu'elle attirait l'attention de la moitié du parterre.)
Au lieu de me taire (mais on attendait de moi quelque phrase !) que trouvai-je à dire ? Ceci :
— Oh! Mme de Noailles est beaucoup plus intéressante quand elle est excitée.
Je crois que ce furent là les seuls mots que je sus dire de toute la soirée. J'en rougis encore. J'écrivis peu après à Mme Mühlfeld pour tenter de m'excuser de ma maussaderie : « Vous avez dû reconnaître combien il valait mieux ne me connaître que de loin », lui disais-je à peu près (elle me voyait pour la première fois — souhaitait depuis longtemps me connaître). Je reçus d'elle, sitôt après, une lettre enthousiaste; et Copeau m'en montra une autre où il est question de ma séduction, de mon charme secret, etc... J'aurais dit « merde », qu'elle l'aurait trouvé divin. » (Journal, 1er juillet 1910)

Contrairement à Valéry, Gide n'a aucun besoin de se montrer dans les salons, ni aucun talent pour y briller. A son esprit d'escalier qui le laisse le plus souvent hébété au moment de répondre à des questions du type « Croyez-vous en Dieu ? » (ainsi que cela arriva chez les Boylesve en compagnie de Mme Mühlfeld), s'ajoute l'impossibilité pour Gide de reconnaître ses interlocuteurs. Et plus que tout, il déteste le brillant que donnent les acides :

« Invité à déjeuner par Mme Muhlfeld, avec Paul Valéry et Cocteau; je vais les retrouver. Je n'avais pas échangé trois phrases que déjà j'étais exaspéré. Sur quelque sujet que se portât la conversation, l'esprit de Valéry et de Cocteau ne s'efforçait que de dénigrer; ils faisaient assaut d'incompréhension, de déni. Rapportés, leurs propos paraîtraient absurdes. Je ne supporte plus cette sorte de paradoxe de salon, qui ne brille qu'aux dépens d'autrui. Péguy disait : « Je ne juge pas; je condamne. » Ils exécutèrent ainsi Régnier, Mme de Noailles, Ibsen. On parla d'Octave Feuillet à qui l'on s'accorda à trouver beaucoup plus de talent qu'à ce dernier, que Valéry déclarait « assommant ». Me voyant réduit au silence, car qu'eût servi de protester, Cocteau déclara que j'étais d'une « humeur exécrable ». Je n'aurais pu paraître « en train » qu'à condition de faire chorus avec eux et déjà je me reprochais assez d'être venu pour les entendre.
Au demeurant, chacun d'eux, pris à part, est charmant ; et pour Valéry spécialement, si je l'estimais moins, je ne souffrirais point tant de ses dénis. Quoi d'étonnant si, après avoir désenchanté le monde autour de lui, après s'être ingénié à se désintéresser de tant de chose, il s'ennuie ! » (Journal, 3 novembre 1920).

Dans ses Mémorables, Maurice Martin du Gard donne donc lui aussi une description du salon de Mme Mühlfeld :

« 1921
Un salon littéraire
CHEZ MADAME MUHLFELD : PAUL VALÉRY, RENÉ BOYLESVE, GIDE, BONI DE CASTELLANE

Notoires, arrivés, voire célèbres, tous les gens de lettres ont besoin de compliments, à plus forte raison ceux qui, débarquant, n'offrent encore que des promesses. Les uns, les autres, c'est à deux pas de l'avenue Victor-Hugo, en semaine dans un boudoir jaune, et lorsqu'ils sont plus nombreux, le dimanche, dans un grand salon, qu'ils respirent l'encens le plus intelligent de la rive droite. Chaque jour, sur les six heures, Mme Mühlfeld est chez elle et les amis qu'elle a choisis pour les rendre contents d'être ce qu'ils rêvent, elle ne les attend jamais longtemps. Etendue sur ses fourrures de neige, elle se soulève, tend une main quelle allonge plus ou moins et laisse plus ou moins de temps dans la main du nouvel arrivant, en proportion de la passion qu'elle lui sait pour les lettres, pour elle-même, pour le succès. Le visage est beau, régulier, l'œil oriental, très brun, la voix comme lui veloutée, même impérieuse ; une sorte de galanterie supérieure et inaccessible ; de la superbe, mais fine, exquise, enveloppante, gloussante, éclaboussante ; au fait de tout, œuvres, amours prochaines, futures, éternelles, intrigues, brouilles, candidatures, prix, fauteuils, coulisses, ambassades. La tête haute, la seule femme, à ses pieds une cour d'éminences et d'utilités, elle conseille, prône, condamne, rit, donne à chacun son rôle, sa chance, s'imposant avec une vaillance si charmante qu'on la croirait grande. Il ne faut pas la voir debout, on l'y voit peu du reste, ni marcher surtout, car elle est petite et plus que cela, très inégale, oui c'est cela, très inégale à sa beauté. Les dents d'un éclat î mais qui ne mordent pas les présents ni même les absents ; avec cet esprit, cette lucidité, cette taille malheureuse, la vestale pourrait être cruelle ; elle a de quoi être méchante, comme écrit Saint-Simon de Mme de Caylus, mais très bonne, généreuse et chrétienne, elle l'est devenue pour de bon, après qu'un Révérend Père bénédictin, naguère, la convertit. Plus secrète que son rire, longtemps à la merci de la vie difficile, le dévouement qu'on lui sent et lui voit à la gloire de ses fidèles ainsi qu'aux départs incertains qu'elle travaille à décider, serait-ce un regret qui l'inspire ? Ce qu'elle souffrirait de plus sincère, ne serait-ce pas le regret de n'avoir pu s'accomplir en faveur du mari disparu à trente ans au début du siècle ? D'un impeccable et tenace entregent, comme elle eût favorisé cette carrière qui s'annonçait brillante dans le roman, dans la critique dramatique où Lucien Mühlfeld venait, à l'Echo de Paris, de reprendre à Henry Bauer ce qu'on nommait alors un sceptre ! La familiarité qui distrait et fortifie la veuve de l'auteur de l'Associée et la belle-sœur du fastueux Paul Adam, lui fait donner du prénom aux personnages qu'entretient le salon de la rue Georges-Ville, ce que souligna Forain avec plus de malignité qu'il n'eût convenu à l'occasion justement des première pas dans l'Eglise d'une fille d'Israël qui eût pleuré la mort du Christ : « Madame Mühlfeld ne connaît la Sainte Vierge que depuis une semaine, dit-il, et déjà elle l'appelle Marie ! » La comtesse de Noailles, la perle de son amitié et de son théâtre, il va sans dire qu'elle l'appelle Anna, mais point si exclusive qu'elle ne puisse ajouter : notre Anna, et encore plus souvent : notre merveilleuse Anna ! L'hyperbole ici étant la moindre des choses.
La première fois que j'y fuis, Paul Valéry citait des mots de Philippe Berthelot et en faisait lui-même, assortis de calembours et de contrepèteries. Saint-Léger-Léger revenait de Chine, Claudel las de Copenhague, travaillait pour avoir le Japon et il y partirait, il était prêt, avec une montre de Rimbaud achetée très cher à Paterne Berrichon, et grâce à laquelle il ne pourrait plus manquer son train, son paquebot, ni la messe ; Valéry, en jouant du monocle, jetait cela dans son bredouillis avec une assurance et une frivolité mondaines qui figeaient un acteur anglo-saxon habillé d'une opulente cheviote à grands carreaux, un veston croisé qui lui descendait presque jusqu'aux genoux, un peu clair pour la ville et la saison, et dont je n'avais pas encore entendu la voix. Où avais-je la tête ? un comédien ! comment ne l'avais-je pas reconnu ? C'est lui que j'avais vu chez Adrienne Monnier qui, dans sa librairie conventuelle, rue de l'Odéon, dessert le culte de cet insaisissable esthète, c'est lui qui chez elle, il y a deux ans, récita la Pythie par hoquets sublimes, ce fameux soir d'avril où Fargue nous révélait la Soirée avec Monsieur Teste, Adrienne elle-même Aurore et le Cantique des Colonnes : mais c'était Gide ! Qu'il fréquentât les salons et supportât les flatteries à bout portant où Mme Mühlfeld est sans rivale, était si loin de sa doctrine que j'étais excusable d'avoir hésité à le voir là. Son personnage d'ailleurs, il ne l'avait pas tellement quitté, j'allais m'en apercevoir à cette irritation morose devant laquelle cédait l'air de désinvolture où, comme pour passer inaperçu, il venait de se contraindre. Valéry, vraiment, avait un ton qu'il ne connaissait pas à son ami de jeunesse ; et comme un applaudissement général accueillait le distique que le poète de la Jeune Parque avait consacré à Jeanne Mühlfeld ou, plus exactement — car ces vers nous demeuraient secrets — la grâce toute italienne avec laquelle il venait de glisser un petit papier dans l'échancrure de son corsage, André Gide attaqua brusquement le marquis de Castellane dont le front dressé restait aux anges de cette galanterie de Rambouillet. Et ayant reniflé deux fois avec une sorte de gourmandise :
— Assez imprudemment, je dois dire, je me suis engagé à établir pour un prochain numéro de la Revue de Genève le bilan de l'Europe actuelle. Et j'ai grand souci, là-dessus, de connaître votre pensée !
Boni de Castellane, me trompe-je ? eut un sourire de surprise à la nouvelle qu'on avait demandé à l'auteur de l'Immoraliste une étude à laquelle il aurait eu plus de titres, lui, le petit neveu de Talleyrand ; mais vite enchanté que cet homme de lettres, confessant déjà son incompétence, ses limites, par l'hésitation de sa parole, semblât solliciter l'encouragement et plus encore, comme un élève lent met son espoir dans son professeur et croit qu'il va lui traiter son sujet, le marquis de Castellane reprit le fil de ce léger discours qu'il commençait sur la Paix de Versailles lorsque Paul Valéry était entré et dont personne ne se souvenait plus, si ce n'est Gide. Boni ne se consolait pas de ne plus appartenir à la Chambre où ses redingotes de couleur, non moins que son camélia et ses conquêtes, avaient écarté son sérieux, ce qui fut plus d'une fois regrettable ; ses conseils depuis l'armistice, pendant la conférence, n'avaient pas été mieux reçus des Excellences étrangères qu'il traitait rue de Lille aux bougies comme s'il était plénipotentiaire au Congrès de Vienne : il connaissait sa vieille Europe aussi bien que la nouvelle qui l'effrayait, qu'il trouvait absurde et « pleine de guerres », ce qui amusa beaucoup Gide.
— La plus grande victime de la Paix, c'est l'Autriche ! conclut Castellane.
Et Gide, qui n'avait jusque-là pas beaucoup parlé, n'interrompant que pour s'instruire, fit une sorte de grimace approbative qui était bien à l'opposé de ce qu'il devait penser, car en politique extérieure le règne des protestants était arrivé, tout le montrait, et rien ne pouvait davantage lui plaire que le recul de Rome. Que la catholique Autriche fût cette victime sur laquelle Boni pleurait intelligemment, Gide n'en souffrait point du tout, et du reste la Revue de Genève n'était pas fondée pour cette désolation, au contraire.
René Boylesve, bourgeois de sa Touraine, Français rare, le plus vrai à entendre, mêlé de charme et d'austérité, tête pensante et fine, grand front, nez long, les yeux attentifs, la barbe resserrée et allongée sous des lèvres raffinées, le Clouet le plus honnête à voir, savourait avec une modestie malicieuse Gide et Castellane ensemble. C'était un spectacle assurément.
La jeunesse ne me créait qu'une obligation : admirer en silence et sourire discrètement ; elle me laissait tout le loisir d'écouter et d'observer, c'est d'ailleurs ce qu'à tous les âges on peut faire de plus raisonnable et aussi de plus amusant. Raisonnable, le marquis de Castellane eût été désolé, dans sa soixantaine frisée, de passer pour tel, et s'il se portait à la défense des idées religieuses, il avait été difficile aux gens d'Eglise de lui en montrer de la gratitude à cause du romanesque de sa vie ; Rome qu'il servait encore dans ce salon avec une chaleur brillante qui n'entamait point Gide, n'avait marqué aucun empressement à annuler son mariage avec la protestante américaine dont il avait cru faire le bonheur en jetant sa fortune aux antiquaires, dans les fêtes, dans les palais. Boni de Castellane n'avait pas seulement gaspillé avec autant d'art et de style qu'il était possible un or payé d'un grand nom de France et du plus brillant prénom de Paris ; il s'était gaspillé lui-même. Il s'était cru tout permis, il pouvait tout se permettre. Il eût été supérieur au Quai d'Orsay, à l'Armée et à l'Institut mais il aimait trop le plaisir. Né prodigue, léger, insouciant, avec de soudaines violences, étalant son cynisme avant d'avoir réussi ce qu'il entreprenait de sérieux, d'utile et de laborieux en politique sans se masquer d'un air de travail et de suite ; ayant au fond de son cœur la mémoire et l'amour des traditions de sa race sans consentir a. ce respect tranquille et un peu bourgeois qu'il eût fallu pour le prouver publiquement à un monde qui les oubliait et faire prévaloir leur nécessité dans une Assemblée démocratique qui ne pouvait que railler un gardien si désinvolte, parmi tous les torts qu'il se reconnaissait avec enjouement, le plus grave était celui de manquer d'hypocrisie. Il s'était beaucoup amusé. Aux huissiers et aux chansonniers abandonné par Anna Gould qui s'était injurieusement remariée avec ce cousin Hélie, prince de Talleyrand, rejeté sans crédit auprès des fournisseurs qu'il avait comblés, faisant face avec courage à la pauvreté, au soir d'une vie qui avait fait scandale, Boni de Castellane s'amusait toujours d'avoir été et d'être ce qu'il était. A sourire des vieillards qui se laissaient brimer par une civilisation mécanique et terne, il se croyait jeune. Debout, la tête rejetée en arrière, guindé, veto plus sobrement, marchant d'un pas ferme encore qu'un peu saccadé, il semblait ne retenir que l'automatisme de son ancienne ostentation, mais dans son regard une humanité polie faisait encore une sorte de grand homme, indifférent à l'oubli. » (Maurice Martin du Gard, Les Mémorables, Flammarion, 1957)

samedi 29 novembre 2014

Scénario des Faux-Monnayeurs et correspondance Marc Allégret

De nombreux documents et lettres de Marc Allégret passent aux enchères mercredi 17 décembre à la vente Alde de Lettres & Manuscrits Autographes. On trouvera notamment son projet de film tiré des Faux-monnayeurs, ainsi que de nombreuses lettres, pour partie d'ordre professionnel, mais aussi d'ordre privé, ces dernières regroupées en un lot au joli titre : « Plus de 265 lettres de jeunes femmes, la plupart L.A.S., adressées à Marc Allégret, 1917-1973 ».

Ces documents ne semblent pas avoir été présentés lors de la vente des Archives Marc Allégret, en décembre 2007.






Lot 6
Marc Allégret (1900-1973) cinéaste. Manuscrit autographe, Les Faux-Monnayeurs, 1965 ; environ 340 pages in-4 en feuilles sous chemise dos toilé et étui.

Projet d’adaptation cinématographique inachevé du célèbre roman d’André Gide, paru en 1925. Roger Vadim, déjà producteur de plusieurs réalisations d’Allégret, soutenait ce film. Récit difficile à porter à l’écran, notamment en raison des différents points de vue et genres narratifs, le projet fut finalement abandonné vers 1966. Si le scénario ne présente pas une continuité, et est resté inachevé, il nous permet néanmoins de constater que la trame narrative du livre a été conservée, et que Marc Allégret (modèle d’Olivier) a beaucoup travaillé à cette adaptation. Au manuscrit de premier jet, abondamment corrigé et augmenté, s’ajoutent des notes de travail. Les Faux-Monnayeurs, début du scénario (97 p., pag. 1-92 avec ff. ajoutés).
Découpage détaillé, avec dialogues, indications scéniques, didascalies et voix-off. Le manuscrit est rédigé au recto de feuillets de papier quadrillé à grands carreaux perforés, écrit à l’encre noire avec quelques pages au stylo bleu ou rouge ; de nombreuses corrections sont portées au stylo rouge. Ce premier jet présente des ratures, des suppressions, des additions interlinéaires ou dans la marge, des indications pour la dactylographie. Le scénario s’ouvre à Paris avec (p. 1-12) l’apparition d’Édouard et sa rencontre avec le jeune Georges, qu’il surprend en train de voler un ouvrage sur l’étal d’un bouquiniste. Le journal manuscrit que Georges a laissé tomber intrigue Édouard, lui-même écrivain. Le jeune homme se trouve être son neveu, le fils de sa demi-sœur Pauline, chez laquelle il se rend immédiatement. Il y croise le mari Oscar Molinier, et Olivier, un autre de ses fils. Le générique intervient après ces premières séquences. Une scène au Palais de Justice introduit Molinier, présidant une audience de la Chambre correctionnelle, et le juge d’instruction Albéric Profitendieu. Il est question d’une affaire de prostitution de mineurs (p. 13-16)... Le jeune Bernard Profitendieu, chez lui, écrit une lettre à Albéric, après avoir découvert que l’homme qui l’élève n’est pas son vrai père. Il s’enfuit du domicile familial (p. 17-22)... Bernard et Olivier, camarades de lycée, se retrouvent au Luxembourg, le premier souhaitant se faire héberger temporairement chez le second (p. 23-24)... Albéric Profitendieu découvre la lettre de son fils adoptif – introduction de Cécile et Caloub, demi-sœur et demi-frère de Bernard (p. 25-32).
Olivier, accueille Bernard chez lui le soir. Les deux jeunes évoquent sa récente découverte et son avenir hors de son foyer. Ils entendent Vincent, le frère d’Olivier, sortir et pensent qu’il rejoint une maîtresse (p. 33-40).
Vincent a en fait accepté de donner des soins au père âgé du comte de Passavant, chez lequel il se rend. Il apprend que le vieil homme est décédé. Il est également question d’une soirée que les deux hommes ont passée dans un cercle de jeux, durant laquelle Vincent a perdu beaucoup d’argent (p. 41-45).
scène entre Bernard et Olivier. Ce dernier compte aller chercher à la gare son oncle Édouard, qui arrive de Londres le lendemain. Il évoque l’affection qu’il porte à son oncle et leur commune aspiration à écrire (p. 46-48).
Flash back dans le cercle de jeux et introduction du personnage de Lady Lilian Griffith, riche américaine (p. 49-56).
Bernard quitte la chambre d’Olivier à l’aube pour se rendre à la gare (p. 57-60).
On suit le parcours en train d’Édouard, de la gare maritime de Dieppe à Paris, travaillant à son journal. Commentaire de l’auteur : Les Faux-Monnayeurs, est-ce un bon titre ? Édouard n’en est pas sûr. C’est le roman auquel il pense sans cesse et depuis longtemps. Il n’en a pas encore écrit une ligne, mais il transcrit ses notes, ses réflexions sur ce carnet (p. 61 A-E).
Flash back introduisant Laura. On comprend que le retour d’Édouard est lié à une lettre qu’il a reçue (p. A-C).
Gare Saint-Lazare, Olivier retrouve l’oncle Édouard sur le quai – Bernard assiste discrètement à la scène, la tension est palpable : Le jeu des acteurs peut mieux que toute autre chose faire ressortir ces nuances fugitives, ces gestes amorcés et retenus, les mots qui viennent à la place d’autres qu’on n’ose pas dire – enfin tout ce qui crée ces situations tendues faites de touches, d’impressions presque inexprimables et que le cinéma peut restituer à merveille ... Tandis que les deux hommes vont prendre un café, Bernard subtilise la valise d’Édouard à la consigne de la gare (p. 65-73).
Dans le métro, Bernard ouvre la valise, trouve le journal d’Édouard et en débute la lecture, captivante. Le journal est lu en voix-off ; Édouard relate son mariage avec Laura (p. 74-90)... Au fil des dernières pages, la lecture du scénario est plus chaotique, avec de nombreuses modifications et parties supprimées. Les Faux-Monnayeurs, Construction détaillée et dialogues provisoires, 15 août 1965 ([2]-6 p. A-F).
Indication : Tous les dialogues sont là à titre indicatif du sens des scènes. Ils doivent être réécrits tant pour leur forme que pour leur longueur ... La scène concernée est celle de la lecture du journal d’Édouard par Bernard. Les manuscrits de plusieurs scènes, reprises par l’auteur, sont joints au dossier. La plupart rédigés au stylo bleu ou noir (titres en rouges), sur papier blanc, ils comportent de nombreuses corrections, ratures, aaddits. On peut y lire, souvent en première page, des commentaires d’appréciation de l’auteur ( bon , vu ), ainsi que des indications relatives à la mise au net ( fait , tapé , copié et arrangé , pages refaites , à la dactylographie ; les pages concernées ont pour la plupart été biffées).
Fin (3 p. A-C).
Scène finale entre Olivier et Édouard, dans l’appartement de ce dernier. Bernard, prévenu par son frère Caloub que son père adoptif allait mal, vient avec lui chercher sa valise. S’adressant à Édouard: Vous aviez raison, ma place est auprès de lui . Olivier à Édouard : Mais alors ce sera un livre très moral Les Faux Monnayeurs. Je suis sûr que ça t’étonnera toi-même ... La scène se termine soudainement lorsqu’Édouard se tourne vers Caloub pour lui demander son nom... Extérieur et vestibule Molinier (6 p. A-D).
Mort de Bronja – La Machination (9 p.).
Fin La Pérouse Édouard (2 p. A-B).
Bernard passe son bachot – L’ange (10 p.).
Édouard et Bernard après le bachot (11 p. ?-?).
Le Banquet (18 p. A-Q).
Gare St Lazare (13 p. A-L).
Flash back journal Édouard (6 p.).
Gare de Dieppe Maritime (6 p.).
Chambre d’hôtel Laura (3 p.).
Chambre d’Olivier Molinier (3 p.).
Notes pour le train Édouard (3 p.).
Avant fin de la lecture du journal d’Ed. par Bernard (4 p. A-D).
2e partie. Premières notes (29 p.).
3e Partie (103 p.).
Plus un extrait de scène avec dialogues et indications diverses (7 p.).

Estimation : 1 500 € / 2 000 €

Lot 7
[Marc ALLÉGRET]. Environ 200 lettres ou pièces, la plupart L.A.S., adressées à Marc Allégret, 1921-1971.

Maurice Aubergé, Arnold Bennett (2, 1927, dont une à propos de ses projets d’écriture, et faisant allusion au Congo de Gide), Christian Bérard (de Londres lors de la Cochran’1930 Revue, avec petit dessin), Bernard Blier, Marie Dormoy, Dominique Drouin (2, parlant de l’oncle André ), Sir John Ellerman (11, dont une à Gide, plus 7 de son fils John et 8 de sa fille Annie, dont 6 signées de son nom de plume Bryher ), Bernard Faÿ (4, avec allusions au voyage au Congo), Emmanuel Faÿ (7), André Gide (protestation dactyl. contre un livre de Maurice Bedel, avec addition autographe), Samuel Goldwyn (3, 1946), Daniel Guérin (1926, vive admiration pour Si le grain ne meurt), Jacqueline Huet (2), Yves Jamiaque (3), Renaud Lambert, Henry Lemarchand, Édouard Maurel (avec dessins), Charles de Noailles (4), René de Obaldia, Vladimir Pozner (5, sur leur collaboration, 1947 et 1960), Hans Wilhelm (de la Metro-Goldwyn-Mayer, à propos du petit Sébastien Alexandre), etc. Plus un petit lot de dessins et croquis attribués à Gaston Bonheur, Édouard Maurel, Roger Vadim, etc.

Estimation : 800 € / 1 000 €


Lot 8
[Marc ALLÉGRET]. Plus de 265 lettres de jeunes femmes, la plupart L.A.S., adressées à Marc Allégret, 1917-1973.

Correspondances amicales ou amoureuses. De nombreuses jeunes actrices se tournent vers Marc Allégret pour obtenir des recommandations ou de petits rôles de figuration, des conseils sur le métier, parfois des aides matérielles... Seules quelques-unes d’entre elles feront carrière. Des photographies ont souvent été jointes aux envois. La plus grande partie des échanges est constituée de déclarations d’amour de jeunes femmes, généralement éconduites ou déçues après une brève liaison. Quelques minutes et réponses de Marc Allégret complètent les dossiers. Lettres de Sara Breitenstein (10), amie des frères Allégret, Marc et André, et d’André Gide (fille du pasteur chez lequel Marc et Gide séjournent lors de leur passage en suisse à Genève en 1917, elle aurait inspiré le personnage de Sarah Vedel dans Les Faux-monnayeurs).
Un temps engagée avec André Allégret (il aurait été question de fiançailles), elle fut un motif de jalousie entre les deux frères... 13 août 1917. Navrée qu’il ait pu la croire beaucoup plus liée à André que ce qu’elle n’est en réalité : Mais je voudrais que nous soyons amis à 3. Et André n’a pas eu de peine à le comprendre – je crois ... 28 janvier 1918, quelques temps avant l’escapade de Gide et Allégret en Angleterre : Oh, petit tendre, ne pourras-tu pas venir un jour ou deux, cet été ou n’importe-quand-bientôt ! Tu ne peux t’imaginer ce que je me sens loin de vous deux malgré notre grande affection. Il faut absolument que tu viennes avant d’aller en Angleterre. C’est impossible que nous restions si longtemps sans nous voir. Puisqu’André ne peut pas venir, lui, et que toi tu pourrais un peu plus facilement, il faut que tu viennes. Est-ce que tu t’imagines partant en Angleterre et puis après au front sans être revenu à Rosemont ! [...] Et puis, à moins que cela soit indiscret, j’aimerais tant que tu me parles d’oncle André [Gide] – je le connais si peu ... – tu crois que mon affection pour A. a augmenté, elle a diminué pour toi, mais, mon chéri, comme tu te trompes. Tu es mon petit tendre rien qu’à moi, et toi seul – et l’affection que j’ai pour toi, elle est toute différente de celle pour A. et en rien comparable ... Correspondance affectueuse et amoureuse avec Bronja Perlmutter (maîtresse de Raymond Radiguet, puis épouse de René Clair) : 36 lettres de Bronja (plus 2 lettres de sa sœur Tylia), 1922-1924 et s.d., et 21 lettres de Marc Allégret à Bronja (et 12 négatifs photogr.).
Importante correspondance de Colette Richard (56 lettres, 1943-1944), qui tourna dans Les Petites du Quai aux fleurs, Lunegarde, deux films évoqués dans ces lettres, puis dans Un drôle de dimanche... Si certains courriers sont enjoués lorsqu’elle reçoit des nouvelles de M. Allégret, la plupart le réprimandent pour son silence, son indifférence et ses multiples conquêtes... Vous avez rencontré beaucoup de filles dans votre vie et vous en rencontrerez encore beaucoup. Mais aucune ne vous aime, ou ne vous aimera aussi simplement et aussi sincèrement que moi. Je ne vous aime pas parce que vous êtes Marc Allégret le metteur en scène, l’homme célèbre et connu, je vous aime pour vous, pour vous seul, et vous auriez autant compté dans ma vie si vous aviez été n’importe qui. Et ça me dégoûte quand je pense aux filles qui vous font des sourires en pensant à un rôle futur [...]. C’est navrant, mais c’est la vie ... Plus une lettre dactylographiée de Marc au début de leur relation : Je t’aime beaucoup c’est bien ennuyeux pour toi mais c’est comme ça il n’y a rien à faire je t’embrasse très fort encore plus fort moi aussi à perdre haleine ... On trouve également des correspondances d’Yvonne Couve (20, 1926-1928, plus 3 brouillons de réponse de Marc Allégret mettant au clair les termes de leur relation), Denise David (7, 1943-1944), la danseuse Roussia Del Vardy (5, 1936-1940, et cahier manuscrit), Josette Fleitoux (5, et cahier manuscrit), Michèle Galand (8, 1943-1944, évoquant notamment son rôle dans Béatrice devant le désir, film de Jean de Marguerat), Jacqueline Huet (3), Louisette Laguilhon (85, 1972-1973), Armelle Lee Hoo (14, février-juin 1944), Katia Tolstoï (8, janvier-avril 1947, et 1 de 1963 comme Mme Armand Lanoux), etc. D’autres lettres de femmes dont on ne connaît que le prénom, telle Joyce, jeune femme rencontrée en Angleterre lors du séjour avec Gide (12, 1925), Josiane (avec un manuscrit Récit de Josiane, 1970), Kristobine, Lily, Nicole, Sara, etc.

Estimation : 500 € / 700 €



Mercredi 17 décembre 2014 - 14h
Lettres & Manuscrits Autographes
Salle Rossini - 7, rue Rossini 75009 Paris

Exposition privée chez l'expert
Uniquement sur rendez-vous préalable

Exposition publique
à la Salle Rossini
le mercredi 17 décembre de 10 heures à midi


dimanche 23 novembre 2014

Un index pour La Phalange




La Phalange. Table et Index (1906-1914)
Claude Martin et Akio Yoshii, 
Introduction par Pierre Masson,
Publications de l'Association des Amis d'André Gide, 2014




Claude Martin et Akio Yoshii donnent aux Publications de l'Association des Amis d'André Gide un outil qui intéressera les amateurs de revues littéraires et chercheurs en littérature : La Phalange. Table et Index (1906-1914). Rigoureux et utiles sont en effet la table des sommaires, l'index des auteurs et de leurs contributions, l'index des articles et comptes-rendus critiques et l'index des revues et journaux cités qui occupent une grande part de l'ouvrage.

Une introduction de Pierre Masson rappelle le contexte de la création de La Phalange, où les hoplites sont Vielé-Griffin, Verhaeren, Régnier, Gourmont, Verhaeren, Claudel, Jammes, Fort... Leur sarisse est encore post-mallarméenne. Suivront Nau, Romains, Fontainas, Mockel, Duhamel, Vildrac... Breton y fera même ses débuts.

Le directeur de la revue, Jean Royère, « s’occupe de la critique de la poésie, Apollinaire qui tient la rubrique des romans, Valery Larbaud celle des lettres anglaises, Tristan Klingsor celle des arts ; une rubrique des lettres belges sera plus irrégulière, tenue par Maurice Gauchez. Mais on trouve aussi des contributions régulières d’Albert Thibaudet pour la littérature, de Léon Werth pour la peinture, de son côté Vielé-Griffin entreprend une histoire du symbolisme... », comme le rappelle Pierre Masson.

Les auteurs ont également eu la bonne idée de reprendre en appendices plusieurs articles de Royère, et en ouverture un texte de Valery Larbaud, Une campagne littéraire. Jean Royère et La Phalange 1906-1914, écrit d'abord pour un journal de Buenos Aires avant d'être repris dans la seconde série de La Phalange en 1935 (dont l'ouvrage de C. Martin et A. Yoshii ne traite pas). Larbaud s'y étonne du nombre et de la qualité des collaborateurs de la revue première manière. « La littérature des années 1915-1925 » « en train de se faire », selon Larbaud, qu'on a connu mieux inspiré.

En effet, des noms qu'énumère Larbaud, combien restent ? Ochsé, Lavaud, Koeberlé, Périn, Mandin, Drouot, Hertz... Il faut bien reconnaître que La Phalange n'a jamais été une rampe de lancement, les quelques noms célèbres qu'on retrouve aux sommaires sont nés ailleurs, ont donné leur meilleur ailleurs. La faute à son éclectisme ? A la médiocrité de Royère et de la plupart de ces collaborateurs, médiocrité combinée à un élitisme parfois absurde ? Et qui ira jusqu'au nationalisme...

Et puis, comme l'explique encore Pierre Masson :

« Par ses positions, La Phalange n’était pas très éloignée de la revue belge Antée, qu’avaient fondée en juin 1905 Christian Beck et Henri Vandeputte, et à laquelle collaboraient André Gide et ses proches tels que Marcel Drouin, André Ruyters, Jean Schlumberger, Jacques Copeau et Henri Ghéon, future équipe fondatrice de La Nouvelle Revue française. Aussi, quand Antée, par suite de la faillite de son imprimeur, doit s’arrêter en janvier 1908, est envisagée sérieusement sa fusion avec La Phalange qui accueillerait sous son aile les amis de Gide. Mais va prévaloir alors chez ces derniers l’idée de créer une revue bien à eux. L’échec de cette fusion, qui se traduira par la parution à partir de février 1909 de La NRF, ne sera pas étranger à la rancœur de Royère envers Gide, qu’il essayait depuis deux [ans] d’attirer à La Phalange ; surtout, elle entraînera par la suite une concurrence entre les deux revues, le succès de La NRF et son esprit de groupe contribuant partiellement à l’affaiblissement de l’individualiste et composite Phalange. »

Apollinaire, Thibaudet, Larbaud, Romains, Claudel et Perse rejoignent la NRF, que Royère qualifie de « revue de cons » dans sa correspondance avec Larbaud (parue en deux volumes aux Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, collection Cahiers Valéry Larbaud n°48 et 49). A noter qu'il existe aussi une Correspondance Gide-Royère (Editions du Clown Lyrique, 2008) que nous avions évoquée en son temps. On y voit Royère faire sa cour à Gide, et Gide résister aux sirènes de la publication à tout prix.

Si Gide se garde bien de donner de la copie à La Phalange (on ne trouve dans l'index des auteurs et de leurs contributions que quatre poèmes extraits des Nourritures terrestres donnés en mai 1911 sous le titre Quatre chansons), il n'hésitera pas à venir en aide à Royère lorsque celui-ci en aura besoin. Notamment en lui confiant à plusieurs reprises des pages pour Le Manuscrit autographe, que Royère fonde en 1926, et qui comme son nom l'indique, propose des fac-similés de manuscrits d'auteurs célèbres.

Pour aller plus loin :

- les numéros de La Phalange disponibles en ligne sur Gallica.

vendredi 21 novembre 2014

Sur la Correspondance Gide Jammes


Article paru dans Libération du jeudi 20 novembre 2014 sous la plume de Mathieu Lindon, sur la nouvelle édition augmentée de la Correspondance Gide-Jammes, dont le premier des deux tomes sort aujourd'hui chez Gallimard :





dimanche 16 novembre 2014

Actualité de l'AAAG

L'assemblée générale de l'Association des Amis d'André Gide qui s'est tenue samedi 15 novembre à l'Ecole Alsacienne a été l'occasion de faire le point sur les parutions très actuelles ou à venir, les projets de colloques, d'expositions... qui ne manqueront pas d'intéresser les gidiens. Assemblée générale qui coïncidait notamment avec la publication du premier volume de la Correspondance Gide-Jammes, dans une nouvelle édition corrigée et enrichie par Pierre Lachasse et Pierre Masson.


 Cahiers André Gide, 21, Correspondance avec Francis Jammes, 
1893-1899, édition établie et annotée par P. Lachasse et P. Masson
NRF, Gallimard, 2014

Pour les adhérents de l'AAAG, ce volume prend la forme du vingt-et-unième numéro des Cahiers André Gide sous couverture bleue. L'édition courante à paraître le 21 novembre prenant place parmi les Cahiers de la NRF, sous une couverture désormais gris chiné.

Ce premier tome s'ouvre avec une présentation de Pierre Lachasse qui rappelle utilement le projet initial de Robert Mallet, les doutes de Gide, le choix de lettres qui conduira à publier en 1948 à une Correspondance très partielle. Plus qu'une édition enrichie, un autre livre aux personnages sensiblement différents, comme Pierre Lachasse le rappelait déjà lors de la présentation de cette Correspondance l'année dernière à la même époque.

Autre nouveauté sortie des « presses » de l'association, la réédition en fac-similé des 17 premiers BAAG (1968-1972) et dans leur format de l'époque (21x29,7) :

Bulletin des Amis d'André Gide, N°1 à 17
réédition en fac-similé par l'AAAG, 2014
25 € franco de port, commande auprès de l'association


Claude Martin et Akio Yoshii livrent enfin une Table et index de la revue La Phalange (1906-1914).

En 2015 paraîtra le second tome de la Correspondance Gide-Jammes. En plus de ce Cahier annuel, la parution désormais semestrielle du Bulletin des Amis d'André Gide s'accompagne d'un volume spécial. Après celui consacré à Gide et Saint-John Perse cette année, Jean-Pierre Prévost travaille pour 2015 à un volume Gide-Blum abondamment illustré de photographies et de reproductions de documents qui complètera ainsi leur Correspondance (P.U.L., 2011).

Toujours grâce à Jean-Pierre Prévost et Pierre Masson, un album photographique à la manière de celui du Petit air de famille, sera consacré à Gide, Copeau et Schlumberger.

Toujours en 2015, Pierre Masson et Jean-Michel Wittmann publieront la Correspondance Gide-Laurens, volume d'une centaine de lettres attendu aux Presses Universitaires de Lyon.

Prolongeant le colloque Gide et la musique qui s'est tenu en octobre dernier à Mulhouse, le livret de l'opéra tiré par Jean-Pierre Prévost des Faux-monnayeurs, sur une musique de Pierre Thilloy, fait l'objet d'un projet de parution, accompagné probablement d'un CD de l'œuvre enregistrée.

Un mot enfin de 2016 qui verra la parution de la Correspondance Gide-Maria Van Rysselberghe.


Côté colloques et expositions

- les 18 et 19 avril 2015, le Réseau Lalan et la ville du Lavandou proposeront leur nouveau rendez-vous annuel en hommage à Catherine Gide. Son contenu reste à définir mais il pourrait s'agir d'une évocation à partir du tableau de Théo Van Rysselberghe : Une lecture. Où l'on croisera Gide et ses amis, les peintres Théo Van Rysselberghe, Cross...

- du 28 au 30 mai 2015 à l'Université de Metz, Jean-Michel Wittmann organise un colloque international sur le thème Gide, l'identité à l'épreuve de la littérature, ou comment Gide mêle identité individuelle et identités collectives.

- de juin à novembre 2015 à la bibliothèque Méjanes d'Aix-en-Provence, Jean-Pierre Prévost présentera une exposition consacrée à Gide, Rivière et leurs amis dans la Grande Guerre.

- de novembre 2015 à janvier 2016, Montpellier accueillera une série de rencontres et une exposition sur Gide et Valéry

- pour 2016 enfin, l'Université Denison de Granville, dans l'Ohio, prépare un colloque sur Gide et l'image.

Plus bête que méchant


Un récent tweet attribuant à Gide une citation prétendument vacharde sur Mallarmé a attiré notre attention sur une parution elle aussi récente, dont nous ne souhaitons pas faire la publicité ici. Il s'agit d'un de ces livres écrits à l'agrafeuse dont raffole l'air du temps, compilation de citations de seconde main, d'approximations et d'erreurs factuelles. Ainsi donc, selon ce sous almanach Vermot, pour Gide :


« Mallarmé est intraduisible, même en français. » 

A l'inverse de l'agrafeur incriminé, nous ne nous en sommes pas tenus au tweet-dire et sommes allés voir à la source. Il y a bien dans ce livre un article sur Gide, qui s'ouvre sur une présentation. Voici ce que l'agrafeur a retenu :

« André Gide (1869-1951) : écrivain protestant et homosexuel, éléments importants d'une personnalité autour de laquelle l'œuvre est centrée. Sa plume, parfois précieuse et pas toujours correcte, a raconté des choses inégales, et depuis que l'homosexualité est devenu un sujet ordinaire de la littérature, certains soupçonnent qu'André n'avait peut-être pas grand-chose à dire. Céline en tout cas assurait que « Gide a droit à toute reconnaissance des jeunes bourgeois et ouvriers que l'anus tracasse ». Encore fut-il longtemps sans afficher la chose, et Cocteau (qui l'appelait « l'androgyde ») le comparait à une baigneuse « qui n'ose se jeter à l'eau et qui se mouille les seins en poussant de petits cris ». Il fut rayé de la liste des membres de la Royal Society of Literature de Londres, non bien sûr pour ses mœurs, mais à cause d'un communisme qui, finalement, ne résista pas au voyage qu'il fit en Union soviétique. Il avait été renvoyé pour onanisme chronique de l'École alsacienne, l'établissement des petits protestants aisés (on l'y appelait « le Crispatif » parce qu'il parlait toujours lus dents serrées), mais il reçut on 1947 le prix Nobel de littérature, ce qui est une certaine forme de revanche. Il prit l'honneur au sérieux, à la différence de Saul Bellow, qui dans les mêmes circonstances s'empressa de téléphoner à Joseph Epstein pour dire que, s'il avait des doutes sur la valeur littéraire de la chose, le montant de la récompense soulageait le poids des pensions qu'il devait payer à ses ex-épouses. »

Suivent quelques citations sur Cocteau, Green, ou encore une variante inédite de la légende selon laquelle Gide se serait fait passer pour un autre auprès d'un garçon en Afrique du Nord : « Et surtout, mon brave petit, n'oublie jamais combien monsieur Mauriac a été généreux avec toi. » Vous ajouterez les sic idoines derrière chaque mot...

Si l'auteur avait eu le courage de se pencher sur les œuvres des écrivains qu'il prétend « citer », il aurait évidemment trouvé chez Gide quelques vacheries un peu mieux balancées, et surtout bien réelles. Sur Claudel : « Jeune, il avait l'air d'un clou ; il a l'air maintenant d'un marteau-pilon. » Sur Guéhenno « Il parle du cœur comme d'autres parlent du nez. » Sur Jouhandeau : « Certes il est authentique par rapport aux autres, je ne suis pas certain qu'il le soit par rapport à lui-même. » etc.

Non, vraiment, aucune nécessité d'aller inventer, ni attribuer à Gide cette phrase de Jules Renard sur Mallarmé...

vendredi 14 novembre 2014

Livres et fragments de manuscrit en vente

A la vente Christie's de Livres Anciens, Livres d'Artistes et Manuscrits du 9 décembre :

 


Lot 142
André GIDE (1869-1951).
Les Caves du Vatican. Paris: NRF, 1914. 2 volumes in-8 (224 x 136 mm). Portrait-frontispice au vernis mou par P. A. Laurens. Maroquin janséniste acajou signé Huser, dos à nerfs, doublure du même maroquin, gardes de papier Japon, tranches dorées sur témoins, couvertures et dos conservés.
Provenance: Roland Saucier (envoi).

ÉDITION ORIGINALE tirée à 550 exemplaires sur papier chandelle d'Arches, ici n° 105 portant sur le faux-titre un AMICAL ENVOI AUTOGRAPHE SIGNÉ à Roland Saucier. Roland Saucier (1899-1994) fut directeur de la librairie Gallimard du boulevard Raspail de 1921 à 1964, et l'ami de beaucoup d'écrivains, artistes et éditeurs de l'entre-deux-guerres.







TRÈS BEL EXEMPLAIRE EN RELIURE DOUBLÉE, auquel ont été joints 4 feuillets manuscrits (in-12), fragments autographes de Gide pour Les Caves (fragments de dialogue entre Julius de Baraglioul et Anthime Armand-Dubois; Lafcadio; versions de travail, avec ratures), et un feuillet tapuscrit de présentation du roman, postérieur à la première édition, avec note autographe de l'écrivain. Talvart 31A; Lhermitte 273.
Estimation 3000€ – 5000€




Lot 143
André GIDE (1869-1951).
Le Roi Candaule. Paris: Éditions de la Revue Blanche, 1901. In-8 carré (207 x 170 mm). Reliure signée G. Huser, demi-maroquin à coins vert foncé, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, couverture et dos conservés.
Provenance: Eugène Rouart (envoi) -- Michel Bolloré -- José Peraya (ex-libris).

ÉDITION ORIGINALE de cette pièce représentée pour la première fois le 9 mai 1901. UN DES 30 EXEMPLAIRES TIRÉS SUR CHINE, seul grand papier, celui-ci n° 26, à toutes marges. Exemplaire portant sur le faux-titre un ENVOI AUTOGRAPHE SIGNÉ DE GIDE À SON AMI L'HOMME POLITIQUE EUGÈNE ROUART (1872-1936); de cette amitié de près de 40 ans, naquirent des échanges littéraires: dédicataire de Paludes, Rouart inspira à Gide le personnage central Robert de sa trilogie L'École des femmes, Robert, Geneviève (1926-1936), et son roman La Villa sans maître inspira L'Immoraliste. Talvart 14-A.
Estimation 2000€ – 3000€




Lot 144
André GIDE (1869-1951).  
La Symphonie pastorale. Paris: Éditions de la Nouvelle Revue française, 1919. In-12 (190 x 125 mm). Reliure signée de Huser, maroquin janséniste bordeaux, dos à nerfs, doublure bord à bord du même maroquin, tranches dorées à témoins, non rogné, couverture et dos conservés.
Provenance: Roland Saucier, directeur de la librairie Gallimard du Bd Raspail (envoi).

ÉDITION ORIGINALE. Exemplaire du tirage ordinaire sur vélin, non justifié, enrichi d'un ENVOI AUTOGRAPHE SIGNÉ DE L'AUTEUR: "à Roland Saucier, ce livre rare que je retrouve et ai plaisir à lui offrir bien cordialement André Gide". Talvart 32-A.
Estimation 2000€ – 3000€





Exposition les 4, 5, 6 et 8 décembre de 10h à 18h
Vente le 9 décembre à 14h30, 
Salle des ventes Christie's, 
9, avenue Matignon, 75008 Paris

lundi 10 novembre 2014

J'irai citer sur vos tombes

Souvenez-vous, en février 2012, les Dernières Nouvelles d'Alsace nous signalaient cette histoire de la plus célèbre et incomprise des phrases de Gide choisie en guise d'épitaphe par un père de famille.


(PHOTO DNA — CÉDRIC JOUBERT) source


Le conflit familial a depuis évolué dans un intéressant cas juridique, nous raconte Rafaele Rivais, journaliste au Monde.


dimanche 9 novembre 2014

André Gide par André Rogi

A la vente aux enchères de Livres du XXe siècle, Autographes, Photographies le 17 novembre 2014 par l'étude Galateau Pastaud, on verra passer au lot n°154 un tirage d'une photographie d'André Gide par André Rogi (photographe d'origine hongroise, Rosa Klein de son vrai nom).

.



Lot n°154
[GIDE André]. ROGI André [Rosa Klein, dite]. PORTRAIT D’ANDRÉ GIDE. PHOTOGRAPHIE ORIGINALE SIGNÉE. Circa 1935. 41 x 32 cm, sous encadrement. Tirage argentique de l’époque monté sur carton signé au recto Rogi André Paris représentant André Gide livre à la main et fumant une cigarette.

Estimation : 500 € - 600 €


Catalogue et enchères en ligne
Vente le 17 novembre 2014 à 14h15, Salle VV, 3, rue Rossini, 75009 Paris.
Exposition samedi 15 novembre et dimanche 16 novembre de 11h à 18h, lundi 17 novembre de 11h à 12h.

lundi 3 novembre 2014

Un portrait par Marie Laurencin


Mercredi 19 novembre 2014, une vente Ader intitulée « Femmes - Lettres & Manuscrits Autographes »* proposera une lettre de Marie Laurencin dans laquelle l'artiste énumère les portraits d'hommes célèbres qu'elle a réalisés. On retrouvera Gide au milieu de la liste comprenant encore Picasso, Apollinaire, Jouhandeau, Éluard, Cocteau... « Il y en a pas mal. Ils ont été si gentils de venir poser. Cela ne les amusait pas », commente Marie Laurencin.

L'occasion de rappeler que c'est pour les frontispices des éditions de la N.R.F. que Marie Laurencin réalisa une grande partie d'entre eux. Ainsi le portrait de Gide orne une réédition des Poésies d'André Walter parue en 1922.







_____________________

* Vente à 14h, exposition lundi 17 novembre de 11h à 18h et le matin des ventes de 10h à 12h, Salle des Ventes Favart, 3, rue Favart, 75002 Paris. Catalogue.