dimanche 23 novembre 2014

Un index pour La Phalange




La Phalange. Table et Index (1906-1914)
Claude Martin et Akio Yoshii, 
Introduction par Pierre Masson,
Publications de l'Association des Amis d'André Gide, 2014




Claude Martin et Akio Yoshii donnent aux Publications de l'Association des Amis d'André Gide un outil qui intéressera les amateurs de revues littéraires et chercheurs en littérature : La Phalange. Table et Index (1906-1914). Rigoureux et utiles sont en effet la table des sommaires, l'index des auteurs et de leurs contributions, l'index des articles et comptes-rendus critiques et l'index des revues et journaux cités qui occupent une grande part de l'ouvrage.

Une introduction de Pierre Masson rappelle le contexte de la création de La Phalange, où les hoplites sont Vielé-Griffin, Verhaeren, Régnier, Gourmont, Verhaeren, Claudel, Jammes, Fort... Leur sarisse est encore post-mallarméenne. Suivront Nau, Romains, Fontainas, Mockel, Duhamel, Vildrac... Breton y fera même ses débuts.

Le directeur de la revue, Jean Royère, « s’occupe de la critique de la poésie, Apollinaire qui tient la rubrique des romans, Valery Larbaud celle des lettres anglaises, Tristan Klingsor celle des arts ; une rubrique des lettres belges sera plus irrégulière, tenue par Maurice Gauchez. Mais on trouve aussi des contributions régulières d’Albert Thibaudet pour la littérature, de Léon Werth pour la peinture, de son côté Vielé-Griffin entreprend une histoire du symbolisme... », comme le rappelle Pierre Masson.

Les auteurs ont également eu la bonne idée de reprendre en appendices plusieurs articles de Royère, et en ouverture un texte de Valery Larbaud, Une campagne littéraire. Jean Royère et La Phalange 1906-1914, écrit d'abord pour un journal de Buenos Aires avant d'être repris dans la seconde série de La Phalange en 1935 (dont l'ouvrage de C. Martin et A. Yoshii ne traite pas). Larbaud s'y étonne du nombre et de la qualité des collaborateurs de la revue première manière. « La littérature des années 1915-1925 » « en train de se faire », selon Larbaud, qu'on a connu mieux inspiré.

En effet, des noms qu'énumère Larbaud, combien restent ? Ochsé, Lavaud, Koeberlé, Périn, Mandin, Drouot, Hertz... Il faut bien reconnaître que La Phalange n'a jamais été une rampe de lancement, les quelques noms célèbres qu'on retrouve aux sommaires sont nés ailleurs, ont donné leur meilleur ailleurs. La faute à son éclectisme ? A la médiocrité de Royère et de la plupart de ces collaborateurs, médiocrité combinée à un élitisme parfois absurde ? Et qui ira jusqu'au nationalisme...

Et puis, comme l'explique encore Pierre Masson :

« Par ses positions, La Phalange n’était pas très éloignée de la revue belge Antée, qu’avaient fondée en juin 1905 Christian Beck et Henri Vandeputte, et à laquelle collaboraient André Gide et ses proches tels que Marcel Drouin, André Ruyters, Jean Schlumberger, Jacques Copeau et Henri Ghéon, future équipe fondatrice de La Nouvelle Revue française. Aussi, quand Antée, par suite de la faillite de son imprimeur, doit s’arrêter en janvier 1908, est envisagée sérieusement sa fusion avec La Phalange qui accueillerait sous son aile les amis de Gide. Mais va prévaloir alors chez ces derniers l’idée de créer une revue bien à eux. L’échec de cette fusion, qui se traduira par la parution à partir de février 1909 de La NRF, ne sera pas étranger à la rancœur de Royère envers Gide, qu’il essayait depuis deux [ans] d’attirer à La Phalange ; surtout, elle entraînera par la suite une concurrence entre les deux revues, le succès de La NRF et son esprit de groupe contribuant partiellement à l’affaiblissement de l’individualiste et composite Phalange. »

Apollinaire, Thibaudet, Larbaud, Romains, Claudel et Perse rejoignent la NRF, que Royère qualifie de « revue de cons » dans sa correspondance avec Larbaud (parue en deux volumes aux Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, collection Cahiers Valéry Larbaud n°48 et 49). A noter qu'il existe aussi une Correspondance Gide-Royère (Editions du Clown Lyrique, 2008) que nous avions évoquée en son temps. On y voit Royère faire sa cour à Gide, et Gide résister aux sirènes de la publication à tout prix.

Si Gide se garde bien de donner de la copie à La Phalange (on ne trouve dans l'index des auteurs et de leurs contributions que quatre poèmes extraits des Nourritures terrestres donnés en mai 1911 sous le titre Quatre chansons), il n'hésitera pas à venir en aide à Royère lorsque celui-ci en aura besoin. Notamment en lui confiant à plusieurs reprises des pages pour Le Manuscrit autographe, que Royère fonde en 1926, et qui comme son nom l'indique, propose des fac-similés de manuscrits d'auteurs célèbres.

Pour aller plus loin :

- les numéros de La Phalange disponibles en ligne sur Gallica.

vendredi 21 novembre 2014

Sur la Correspondance Gide Jammes


Article paru dans Libération du jeudi 20 novembre 2014 sous la plume de Mathieu Lindon, sur la nouvelle édition augmentée de la Correspondance Gide-Jammes, dont le premier des deux tomes sort aujourd'hui chez Gallimard :





dimanche 16 novembre 2014

Actualité de l'AAAG

L'assemblée générale de l'Association des Amis d'André Gide qui s'est tenue samedi 15 novembre à l'Ecole Alsacienne a été l'occasion de faire le point sur les parutions très actuelles ou à venir, les projets de colloques, d'expositions... qui ne manqueront pas d'intéresser les gidiens. Assemblée générale qui coïncidait notamment avec la publication du premier volume de la Correspondance Gide-Jammes, dans une nouvelle édition corrigée et enrichie par Pierre Lachasse et Pierre Masson.


 Cahiers André Gide, 21, Correspondance avec Francis Jammes, 
1893-1899, édition établie et annotée par P. Lachasse et P. Masson
NRF, Gallimard, 2014

Pour les adhérents de l'AAAG, ce volume prend la forme du vingt-et-unième numéro des Cahiers André Gide sous couverture bleue. L'édition courante à paraître le 21 novembre prenant place parmi les Cahiers de la NRF, sous une couverture désormais gris chiné.

Ce premier tome s'ouvre avec une présentation de Pierre Lachasse qui rappelle utilement le projet initial de Robert Mallet, les doutes de Gide, le choix de lettres qui conduira à publier en 1948 à une Correspondance très partielle. Plus qu'une édition enrichie, un autre livre aux personnages sensiblement différents, comme Pierre Lachasse le rappelait déjà lors de la présentation de cette Correspondance l'année dernière à la même époque.

Autre nouveauté sortie des « presses » de l'association, la réédition en fac-similé des 17 premiers BAAG (1968-1972) et dans leur format de l'époque (21x29,7) :

Bulletin des Amis d'André Gide, N°1 à 17
réédition en fac-similé par l'AAAG, 2014
25 € franco de port, commande auprès de l'association


Claude Martin et Akio Yoshii livrent enfin une Table et index de la revue La Phalange (1906-1914).

En 2015 paraîtra le second tome de la Correspondance Gide-Jammes. En plus de ce Cahier annuel, la parution désormais semestrielle du Bulletin des Amis d'André Gide s'accompagne d'un volume spécial. Après celui consacré à Gide et Saint-John Perse cette année, Jean-Pierre Prévost travaille pour 2015 à un volume Gide-Blum abondamment illustré de photographies et de reproductions de documents qui complètera ainsi leur Correspondance (P.U.L., 2011).

Toujours grâce à Jean-Pierre Prévost et Pierre Masson, un album photographique à la manière de celui du Petit air de famille, sera consacré à Gide, Copeau et Schlumberger.

Toujours en 2015, Pierre Masson et Jean-Michel Wittmann publieront la Correspondance Gide-Laurens, volume d'une centaine de lettres attendu aux Presses Universitaires de Lyon.

Prolongeant le colloque Gide et la musique qui s'est tenu en octobre dernier à Mulhouse, le livret de l'opéra tiré par Jean-Pierre Prévost des Faux-monnayeurs, sur une musique de Pierre Thilloy, fait l'objet d'un projet de parution, accompagné probablement d'un CD de l'œuvre enregistrée.

Un mot enfin de 2016 qui verra la parution de la Correspondance Gide-Maria Van Rysselberghe.


Côté colloques et expositions

- les 18 et 19 avril 2015, le Réseau Lalan et la ville du Lavandou proposeront leur nouveau rendez-vous annuel en hommage à Catherine Gide. Son contenu reste à définir mais il pourrait s'agir d'une évocation à partir du tableau de Théo Van Rysselberghe : Une lecture. Où l'on croisera Gide et ses amis, les peintres Théo Van Rysselberghe, Cross...

- du 28 au 30 mai 2015 à l'Université de Metz, Jean-Michel Wittmann organise un colloque international sur le thème Gide, l'identité à l'épreuve de la littérature, ou comment Gide mêle identité individuelle et identités collectives.

- de juin à novembre 2015 à la bibliothèque Méjanes d'Aix-en-Provence, Jean-Pierre Prévost présentera une exposition consacrée à Gide, Rivière et leurs amis dans la Grande Guerre.

- de novembre 2015 à janvier 2016, Montpellier accueillera une série de rencontres et une exposition sur Gide et Valéry

- pour 2016 enfin, l'Université Denison de Granville, dans l'Ohio, prépare un colloque sur Gide et l'image.

Plus bête que méchant


Un récent tweet attribuant à Gide une citation prétendument vacharde sur Mallarmé a attiré notre attention sur une parution elle aussi récente, dont nous ne souhaitons pas faire la publicité ici. Il s'agit d'un de ces livres écrits à l'agrafeuse dont raffole l'air du temps, compilation de citations de seconde main, d'approximations et d'erreurs factuelles. Ainsi donc, selon ce sous almanach Vermot, pour Gide :


« Mallarmé est intraduisible, même en français. » 

A l'inverse de l'agrafeur incriminé, nous ne nous en sommes pas tenus au tweet-dire et sommes allés voir à la source. Il y a bien dans ce livre un article sur Gide, qui s'ouvre sur une présentation. Voici ce que l'agrafeur a retenu :

« André Gide (1869-1951) : écrivain protestant et homosexuel, éléments importants d'une personnalité autour de laquelle l'œuvre est centrée. Sa plume, parfois précieuse et pas toujours correcte, a raconté des choses inégales, et depuis que l'homosexualité est devenu un sujet ordinaire de la littérature, certains soupçonnent qu'André n'avait peut-être pas grand-chose à dire. Céline en tout cas assurait que « Gide a droit à toute reconnaissance des jeunes bourgeois et ouvriers que l'anus tracasse ». Encore fut-il longtemps sans afficher la chose, et Cocteau (qui l'appelait « l'androgyde ») le comparait à une baigneuse « qui n'ose se jeter à l'eau et qui se mouille les seins en poussant de petits cris ». Il fut rayé de la liste des membres de la Royal Society of Literature de Londres, non bien sûr pour ses mœurs, mais à cause d'un communisme qui, finalement, ne résista pas au voyage qu'il fit en Union soviétique. Il avait été renvoyé pour onanisme chronique de l'École alsacienne, l'établissement des petits protestants aisés (on l'y appelait « le Crispatif » parce qu'il parlait toujours lus dents serrées), mais il reçut on 1947 le prix Nobel de littérature, ce qui est une certaine forme de revanche. Il prit l'honneur au sérieux, à la différence de Saul Bellow, qui dans les mêmes circonstances s'empressa de téléphoner à Joseph Epstein pour dire que, s'il avait des doutes sur la valeur littéraire de la chose, le montant de la récompense soulageait le poids des pensions qu'il devait payer à ses ex-épouses. »

Suivent quelques citations sur Cocteau, Green, ou encore une variante inédite de la légende selon laquelle Gide se serait fait passer pour un autre auprès d'un garçon en Afrique du Nord : « Et surtout, mon brave petit, n'oublie jamais combien monsieur Mauriac a été généreux avec toi. » Vous ajouterez les sic idoines derrière chaque mot...

Si l'auteur avait eu le courage de se pencher sur les œuvres des écrivains qu'il prétend « citer », il aurait évidemment trouvé chez Gide quelques vacheries un peu mieux balancées, et surtout bien réelles. Sur Claudel : « Jeune, il avait l'air d'un clou ; il a l'air maintenant d'un marteau-pilon. » Sur Guéhenno « Il parle du cœur comme d'autres parlent du nez. » Sur Jouhandeau : « Certes il est authentique par rapport aux autres, je ne suis pas certain qu'il le soit par rapport à lui-même. » etc.

Non, vraiment, aucune nécessité d'aller inventer, ni attribuer à Gide cette phrase de Jules Renard sur Mallarmé...

vendredi 14 novembre 2014

Livres et fragments de manuscrit en vente

A la vente Christie's de Livres Anciens, Livres d'Artistes et Manuscrits du 9 décembre :

 


Lot 142
André GIDE (1869-1951).
Les Caves du Vatican. Paris: NRF, 1914. 2 volumes in-8 (224 x 136 mm). Portrait-frontispice au vernis mou par P. A. Laurens. Maroquin janséniste acajou signé Huser, dos à nerfs, doublure du même maroquin, gardes de papier Japon, tranches dorées sur témoins, couvertures et dos conservés.
Provenance: Roland Saucier (envoi).

ÉDITION ORIGINALE tirée à 550 exemplaires sur papier chandelle d'Arches, ici n° 105 portant sur le faux-titre un AMICAL ENVOI AUTOGRAPHE SIGNÉ à Roland Saucier. Roland Saucier (1899-1994) fut directeur de la librairie Gallimard du boulevard Raspail de 1921 à 1964, et l'ami de beaucoup d'écrivains, artistes et éditeurs de l'entre-deux-guerres.







TRÈS BEL EXEMPLAIRE EN RELIURE DOUBLÉE, auquel ont été joints 4 feuillets manuscrits (in-12), fragments autographes de Gide pour Les Caves (fragments de dialogue entre Julius de Baraglioul et Anthime Armand-Dubois; Lafcadio; versions de travail, avec ratures), et un feuillet tapuscrit de présentation du roman, postérieur à la première édition, avec note autographe de l'écrivain. Talvart 31A; Lhermitte 273.
Estimation 3000€ – 5000€




Lot 143
André GIDE (1869-1951).
Le Roi Candaule. Paris: Éditions de la Revue Blanche, 1901. In-8 carré (207 x 170 mm). Reliure signée G. Huser, demi-maroquin à coins vert foncé, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, couverture et dos conservés.
Provenance: Eugène Rouart (envoi) -- Michel Bolloré -- José Peraya (ex-libris).

ÉDITION ORIGINALE de cette pièce représentée pour la première fois le 9 mai 1901. UN DES 30 EXEMPLAIRES TIRÉS SUR CHINE, seul grand papier, celui-ci n° 26, à toutes marges. Exemplaire portant sur le faux-titre un ENVOI AUTOGRAPHE SIGNÉ DE GIDE À SON AMI L'HOMME POLITIQUE EUGÈNE ROUART (1872-1936); de cette amitié de près de 40 ans, naquirent des échanges littéraires: dédicataire de Paludes, Rouart inspira à Gide le personnage central Robert de sa trilogie L'École des femmes, Robert, Geneviève (1926-1936), et son roman La Villa sans maître inspira L'Immoraliste. Talvart 14-A.
Estimation 2000€ – 3000€




Lot 144
André GIDE (1869-1951).  
La Symphonie pastorale. Paris: Éditions de la Nouvelle Revue française, 1919. In-12 (190 x 125 mm). Reliure signée de Huser, maroquin janséniste bordeaux, dos à nerfs, doublure bord à bord du même maroquin, tranches dorées à témoins, non rogné, couverture et dos conservés.
Provenance: Roland Saucier, directeur de la librairie Gallimard du Bd Raspail (envoi).

ÉDITION ORIGINALE. Exemplaire du tirage ordinaire sur vélin, non justifié, enrichi d'un ENVOI AUTOGRAPHE SIGNÉ DE L'AUTEUR: "à Roland Saucier, ce livre rare que je retrouve et ai plaisir à lui offrir bien cordialement André Gide". Talvart 32-A.
Estimation 2000€ – 3000€





Exposition les 4, 5, 6 et 8 décembre de 10h à 18h
Vente le 9 décembre à 14h30, 
Salle des ventes Christie's, 
9, avenue Matignon, 75008 Paris

lundi 10 novembre 2014

J'irai citer sur vos tombes

Souvenez-vous, en février 2012, les Dernières Nouvelles d'Alsace nous signalaient cette histoire de la plus célèbre et incomprise des phrases de Gide choisie en guise d'épitaphe par un père de famille.


(PHOTO DNA — CÉDRIC JOUBERT) source


Le conflit familial a depuis évolué dans un intéressant cas juridique, nous raconte Rafaele Rivais, journaliste au Monde.


dimanche 9 novembre 2014

André Gide par André Rogi

A la vente aux enchères de Livres du XXe siècle, Autographes, Photographies le 17 novembre 2014 par l'étude Galateau Pastaud, on verra passer au lot n°154 un tirage d'une photographie d'André Gide par André Rogi (photographe d'origine hongroise, Rosa Klein de son vrai nom).

.



Lot n°154
[GIDE André]. ROGI André [Rosa Klein, dite]. PORTRAIT D’ANDRÉ GIDE. PHOTOGRAPHIE ORIGINALE SIGNÉE. Circa 1935. 41 x 32 cm, sous encadrement. Tirage argentique de l’époque monté sur carton signé au recto Rogi André Paris représentant André Gide livre à la main et fumant une cigarette.

Estimation : 500 € - 600 €


Catalogue et enchères en ligne
Vente le 17 novembre 2014 à 14h15, Salle VV, 3, rue Rossini, 75009 Paris.
Exposition samedi 15 novembre et dimanche 16 novembre de 11h à 18h, lundi 17 novembre de 11h à 12h.

lundi 3 novembre 2014

Un portrait par Marie Laurencin


Mercredi 19 novembre 2014, une vente Ader intitulée « Femmes - Lettres & Manuscrits Autographes »* proposera une lettre de Marie Laurencin dans laquelle l'artiste énumère les portraits d'hommes célèbres qu'elle a réalisés. On retrouvera Gide au milieu de la liste comprenant encore Picasso, Apollinaire, Jouhandeau, Éluard, Cocteau... « Il y en a pas mal. Ils ont été si gentils de venir poser. Cela ne les amusait pas », commente Marie Laurencin.

L'occasion de rappeler que c'est pour les frontispices des éditions de la N.R.F. que Marie Laurencin réalisa une grande partie d'entre eux. Ainsi le portrait de Gide orne une réédition des Poésies d'André Walter parue en 1922.







_____________________

* Vente à 14h, exposition lundi 17 novembre de 11h à 18h et le matin des ventes de 10h à 12h, Salle des Ventes Favart, 3, rue Favart, 75002 Paris. Catalogue.



dimanche 2 novembre 2014

Création du prix de littérature André Gide


Il existait déjà un prix André Gide de la meilleure traduction, créé par la Fondation DVA pour encourager le dialogue culturel entre l'Allemagne et la France, qui couronne tous les deux ans une traduction de l'allemand vers le français et une du français vers l'allemand.

La Fondation Catherine Gide met en place cette année un nouveau prix, récompensant cette fois une création littéraire en langue française, « remarquable par sa nouveauté, son originalité ou son exigence stylistique ».

Le jury composé de neuf membres, Claude Arnaud, Philippe Forest, Marie Gil, Robert Kopp, Eric Marty, Laurence Plazenet, Jean-Benoît Puech, Peter Schnyder et Laurent Zimmermann, présidé par Robert Kopp pour trois ans, s'est réuni le 18 octobre dernier pour la présélection de six candidats :

- Philippe Bordas pour Chant furieux (Gallimard 2014)
- Arthur Dreyfus pour Histoire de ma sexualité (Gallimard 2014)
- Michel Schneider pour L’auteur, l’autre (Gallimard 2014)
- Anne Serre pour Dialogue d’été (Mercure de France 2014)
- Antoine Volodine pour Terminus radieux (Seuil 2014)
- Eric Vuillard pour Tristesse de la terre (Actes Sud 2014)

Doté de 10.000 euros, le premier prix André Gide sera remis samedi 21 mars 2015 au Salon du livre de Paris, au stand de l'éditeur gagnant.

samedi 1 novembre 2014

Photos mystères


Parmi les photographies du fonds sur Gide acheté par le Musée Georges Borias d'Uzès en 2008, et provenant de la succession de Marc Allégret, quelques images restent à élucider : personnes posant, lieux où ont été prises ces photographies (parfois photographie de photographie comme avec le portrait de Chopin, ou d’œuvre comme cette partie de cartes dont l'auteur reste à identifier). 

Voici donc quelques clichés soumis à votre sagacité...

 

 Photo n°1


  Photo n°2
(Au Vaneau ?)

  Photo n°3


  Photo n°4
(apparaît dans Claude Martin, André Gide 
par lui-même, Seuil, 1963)
Excursion aux Diablerets avec  Igor Stravinsky, Marc et André Allégret
en juillet 1917 aux Diablerets, en Suisse (?)


  Photo n°5
Idem, Stravinsky le 2ème en partant de la droite (?)
  Photo n°6

  Photo n°7
Eric Satie (?)

  Photo n°8


 Photo n°9-1
identifié : Château de Colpach

   Photo n°9-2
identifié : Château de Colpach

 Photo n°9-3
identifié : Château de Colpach