mardi 13 décembre 2011

Menace à Cuverville

Après les tombes Gide à Uzès, c'est au tour du manoir de Cuverville d'être menacé : un permis de construire a été demandé pour implanter un bâtiment agricole à 80 mètres du château classé depuis 1970, dans un site classé depuis 1945 à la demande d'André Gide. Malgré les avis négatifs de la commune et du Service territorial de l'Architecture et du Patrimoine, la Commission régionale du patrimoine et des sites a donné son accord pour cette construction et le projet suit son cours comme si de rien n'était...



L'Association des Amis d'André Gide monte donc à nouveau au créneau et par la voix de son président Pierre Masson attire l'attention des services du ministère de la culture sur le risque imminent de voir ce site gravement défiguré. Le blog e-gide ne peut que se joindre à cet appel : en relayant dès aujourd'hui la lettre adressée à M. Frédéric Mitterrand, et en restant bien entendu très attentif aux décisions qui seront prises dans les prochains jours.





« Monsieur le Ministre,

    J’ai l’honneur de m’adresser à vous afin d’appeler votre attention sur le préjudice qui risque d’être infligé à un monument doublement historique du département de Seine-Maritime..
    Il s’agit du château de Cuverville, château du dix-huitième siècle, conservé dans son état originel, et qui a acquis une célébrité plus récente en raison des séjours longs et répétés qu’y a effectués André Gide pendant plus de cinquante ans, auprès de sa femme qui en était propriétaire, écrivant là la majeure partie de son œuvre. Le site fut classé en 1945, à la demande de Gide, et le château l’a été à son tour en 1970.
    Cette demeure, Gide l’a immortalisée à travers ses écrits, son Journal, ses Mémoires, sa correspondance, et surtout son roman La Porte étroite auquel elle sert de cadre essentiel. Elle a vu passer dans ses murs une bonne partie de l’élite littéraire du vingtième siècle, de Francis Jammes à Georges Simenon, en passant par Paul Valéry et Roger Martin du Gard.
    C’est à ce titre particulièrement que le château de Cuverville, grâce à l’hospitalité de son propriétaire, Monsieur Chaine, accueille chaque année des centaines de visiteurs venus de tous les pays, et généralement très familiers de l’œuvre de Gide, ainsi que des manifestations culturelles.
    Or, l’entrée de ce site est menacée d’être défigurée par la construction, à 80 mètres du château, d’un grand hangar agricole de 7 mètres de haut. Monsieur Chaine, qui pensait que le classement protégeait son domaine au moins dans un rayon d’une centaine de mètres (la pose de velux est interdite à 500 mètres du château), a tenté alors de s’opposer à cette construction. Alertés, le maire de Cuverville, puis les membres du Service territorial de l’Architecture et du Patrimoine (Madame Lelièvre, chef de service, et Monsieur Pusateri, architecte responsable des Monuments historiques) ont émis des rapports très négatifs à l’égard de ce projet.
    Malgré cela, la Commission régionale du patrimoine et des sites a donné son accord pour cette construction, et le dossier a été transmis pour décision définitive au Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.
    Il paraît regrettable qu’une telle décision ne dépende pas du Ministère directement concerné, qui est celui dont vous avez la charge. C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, au nom de l’Association des Amis d’André Gide, qui compte des centaines de membres à travers le monde, je me permets de faire appel à vous afin d’intervenir pour  préserver dans son intégrité ce site qui, par son charme naturel et en raison du prestige lié à la renommée d’André Gide, constitue l’une des plus remarquables demeures d’écrivains de notre pays.
    Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de mes sentiments respectueux et dévoués.

Pierre Masson » (Président de l’Association des Amis d'André Gide)

Pourtant mis à l'honneur comme un lieu touristique important, 
le château de Cuverville est menacé par un projet de hangar agricole

7 commentaires:

Agoulet a dit…

Je découvre la menace, et même si on n'a pas à fétichiser les lieux, il me paraît en effet capital que ce château soit préservé ainsi que son environnement immédiat. Heureux que l'AAAG donne de la voix pour éviter cette dégradation.
Alain Goulet

Fabrice a dit…

Je partage évidemment votre point de vue, cher Alain. Tout comme pour les tombes d'Uzès, dire non à la laideur et à la bêtise, ce n'est pas fétichiser.

Association Historique de Frangy pour la sauvegarde de la Ferme de Bel-Air a dit…

Bonjour,

Un monument, c'est aussi l'impression que procurent ses abords !
« Il serait temps enfin de mettre un terme à ces désordres, sur lesquels nous appelons l'attention du pays. » Victor Hugo , Littérature et philosophie mêlées/1825-1832 Guerre aux démolisseurs !

Partageons votre combat - La Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH / http://fermedebelairfrangy.blogspot.com/

jean de boissel a dit…

Pourquoi ne pas mettre en oeuvre la solution proposée par Monsieur Chaïne qui est certainement excellente ?

Fabrice a dit…

@Association Historique de Frangy pour la Sauvegarde de Bel-Air : Merci aux Amis de la Ferme de Bel-Air pour leur soutien et bravo pour leur combat de longue haleine !

@Jean de Boissel: Je ne connais pas la solution préconisée par Monsieur Chaîne, mais j'imagine qu'il existe de nombreuses "solutions", toutes préférables à la défiguration d'un site (et au désaveu des personnes chargées de le protéger par les services de l'Etat !).

D.C. Rose a dit…

'Academics for Undershaw' is an alliance of 450 scholars & universitaires wishing to save the house of Sir Arthur Conan Doyle in Surrey from destruction. As founder of AfU, I send my best wishes for Cuverville.

David Charles Rose
oscholars@gmail.com

Fabrice a dit…

Thank you for your support, Mister Rose. I am pleased to learn that there are now 450 supporters on your list. If this blog or its extensions on Facebook can help : please tell me how.

J'encourage tous les lecteurs à aller jeter un œil au site qui explique le combat pour préserver la maison de Conan Doyle, menacée d'être découpée en appartements : http://www.saveundershaw.com/